top of page

Ce que le whisky ne guérit pas, rien ne peut le guérir...

What Whiskey Will Nt Cure There Is No Cure For. Irish Proverb.
"Ce que le whisky ne guérit pas, rien ne peut le guérir" - Proverbe irlandais

Voilà un proverbe que les amateurs de whisky (ou whiskey si vous êtes plus irlandais qu'écossais) ne démentiront pas et dont ils pourraient aisément abuser pour justifier avec aplomb une consommation plus ou moins excessive, plus ou moins quotidienne, et plus ou moins onéreuse, de cette eau-de-vie exquise ! Nous avons bien dit « eau-de-vie », car c’est bien ce que signifie le mot whisky en gaélique [1].


[Disclaimer : chers lecteurs, sachez que nous faisons nôtre la locution latine Moderatio in omnibus (De la modération en toutes choses) … Les considérations qui vont suivre ne s’adressent en effet qu’à ceux qui appliquent cet adage antique et il ne saurait être question ici de nous substituer à la médecine en formulant des prescriptions qui n’en sont pas.]


Le whisky ne donne certes pas la vie, mais, consommée avec sagesse – avec « modération » diront les publicistes (car oui « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ») – il la conserve, l’entretient, lui offre à chaque gorgée un peu de renouveau.  C’est ce que la croyance populaire enseigne d’âge en âge, et que nous respectons par égard pour nos ancêtres.


C’est, mieux encore, ce que certains scientifiques ont confirmé après avoir étudié sous toutes leurs coutures certains bienfaits de l’alcool. Citons ici le Dr. David J. Hanson, professeur émérite de l’Université de New York et auteur de plus de 330 articles et publications scientifiques concernant l’alcool, dont deux livres[2]. Selon ce chercheur, « pratiquement tous les bienfaits des boissons alcoolisées pour la santé proviennent de l'alcool lui-même. […] L'alcool réduit considérablement le risque de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de diabète, de démence, d'arthrite, d'hypertrophie de la prostate, d'ostéoporose et de maladie de la vésicule biliaire, entre autres. »


Merveilleux ! Tiendrions-nous le remède miracle à tous les maux ? Bien sûr que non : la consommation excessive d’alcool est source de bien des malheurs et nous ne saurions l’encourager ! En revanche, les bienfaits du whisky, « consommé avec modération » on ne le répètera jamais assez, ne seraient pas un mythe et l’on devrait se garder d’avoir un jugement définitif visant à prohiber toute boisson contenant de l’alcool.


Un article paru dans la Canadian Pharmacy King résume quelques-unes des vertus du whisky écossais. Ce dernier n’a pas à rougir de ses bienfaits. Voici les meilleurs :


  • Folie ne devrait pas rimer avec alcoolémie

Circulation sanguine stimulée, neurones en forme, antioxydants propagés en vous, voilà les effets de l’alcool, de l’éthanol et de l’acide ellagique présents par exemple dans le Highland Scotch. Ce combo gagnant permet d’éloigner de vous la démence qui vous guette, tout en améliorant vos fonctions cognitives. Que demander – ou boire ! – de mieux ?


  • AVC : Alcool à Vertu Certifiée

« La composition du whisky écossais peut en fait réduire le risque d'accident vasculaire cérébral car elle élimine le cholestérol inutile du corps, l’empêche d'obstruer le système cardiovasculaire, détend les parois des artères et fluidifie le sang pour réduire le risque d'ischémie (caillot) causant l’accident vasculaire cérébral ». Technique, n’est-ce pas ? Retenez l’essentiel : un verre de whisky de temps en temps réduirait le risque d’AVC.


  • STOP petits – et grands – rhumes saisonniers

Il est difficile de lutter contre les infections qui, coriaces, nous attaquent en cette saison hivernale. Il existe pourtant bien une arme efficace : encore, et toujours, notre cher whisky. Dilatant par son alcool les vaisseaux sanguins de la gorge, il permet aux muqueuses de combattre plus aisément l’infection avant de tuer une à une les bactéries, apportant alors un doux soulagement au malade. Sa teneur en vitamine C contribue par ailleurs au bon fonctionnement de votre système immunitaire. Afin de maximiser vos chances de gagner la guerre contre la grippe et autres affections des voies respiratoires, versez dans une tasse un peu de whisky auquel vous viendrez ajouter une bonne cuillère de miel, un demi jus de citron et un peu de cannelle, chauffés au préalable.


  • Alerte kilos en trop

Non, vous ne trouverez pas ici l’un de ces remèdes miracles pour « perdre votre gras », vendus à seulement 59,99€ et dont internet regorge ! Notons cependant qu’en plus d’être remarquablement faible en calories (64 calories par once) et de ne contenir ni gras ni cholestérol, le whisky consommé avec modération augmente votre énergie et diminue votre envie de sucre. C’est un bon début !


  • Keep calm and drink whisky

Un travail épuisant, des enfants bruyants… vous vous sentez vidé en cette fin de journée ? Prenez place dans un canapé moelleux et remplissez votre verre d’un bon whisky. En augmentant la circulation et en oxygénant votre sang, il imbibera vos sens et votre esprit d’un doux sentiment de tranquillité. Associé au plaisir du moment, votre stress devrait vite s’estomper !


  • SOS ventre plein

L’astuce a fait ses preuves à travers les âges : Un verre d’alcool en fin de repas permet de faciliter votre digestion. L'alcool contenu dans le scotch a en effet un léger effet sur les parois de l'estomac, ce qui entraîne la libération d'acides qui aident ensuite à digérer les aliments, tandis que l'éthanol présent dans la boisson peut en fait stimuler la libération gastrique.


  • Longue vie aux buveurs de whisky !

Rien ne vaut les antioxydants présents dans le whisky – et dont nous avons déjà tant parlé – pour prévenir le vieillissement et booster votre immunité, clé de votre bonne santé. Vivez longtemps grâce à votre verre quotidien !


L’eau de vie écossaise ne se contente point de ces quelques vertus. Elle prévient aussi le diabète en aidant le corps à réguler l’insuline ou encore renforce votre cœur par ses antioxydants et anticoagulants…


Alors, « Santé » (Slàinte Mhath!), car c’est ce qu’il convient le mieux de dire lorsqu’ensemble nous trinquons !

 

[1] Pour être exact, le mot anglais whisky est issu du gaélique « uisge beatha » et signifie « eau de vie ».

[2] Le Professeur Hanson est l’auteur d’Éducation sur l'alcool : ce que nous devons faire, publié en 1996, ainsi que de Prévenir l'abus d'alcool : alcool, culture et contrôle, publié en 1995.

93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page